10/10/2005

Pierre autour de Daniel Pennac

Pierre (Nom de Sa Famille??), ex élève de Stork autour de la contrainte sur Pennac...

ici, votre ancien et/ou nouveau texte, avis...

 

(vu le format autorisé par Skynet, l'image pourrait être illisible, dans ce cas, envoyez nous un email sur duos2duels@hotmail.com afin que nous vous envoyions l'image non réduite, ou sinon, faites le malin, la maline et jouez avec les logiciels de retravail d'imagerie afin d'obtenir une vision adéquate)


14:16 Écrit par Atelier Duos2Duels | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Autour de Pennac, contrainte de Milady (me) C’est l’hiver sur Belleville, cinq personnages allument quelques bougies bigarrées au centre d’une longue table bancale. Un calendrier des P&T en guise de cale-pied contre cet éternel et bien désagréable déséquilibre plante ce décor de fêtes de fin d’années. L’instabilité étant un principe de vie au sein de cette maison, les vies ici aussi sont bancales. Un chien, ou deux, ronfle sous cette table, quatre, ou huit, pattes se font régulièrement écrasées par des enfants hyperactifs. C’est un peu tous les là-bas réunis ici qui s’embrassent, discutent avec cet air de famille, la famille, ce concept un peu flou, largement fou mais indélébile et exponentiel.

Le buffet reflète des origines qui composent cette grande famille ; les lignées, les cultures, les manques, les angoisses, les désirs, les contradictions, tout forme un composite gastronomique varié, parfois même avarié, la provenance étant souvent vague mais ça pue l’amour. Les chansons s’entonnent à corps et à cris, les mots sont des soupirs arabo-alsaciens, des paroles sino-marseillaises ou des aphorismes typiques de l’île de Barbès. Chacun s’invente des pas de danse au son des flamencos congolais. Jacques a sorti l’habit de messe, laquelle il ne fréquente plus depuis que ses enfants ne l’appellent plus. Chacun y va de son anecdote, de la maîtrise d’un sujet spécifique, qui peut dévier d’une contravention à faire sauter au putsch d’un despote tyrannisant un pays que d’autres préfèrent oublier. Richard débouche le mousseux, renverse une chaise. Tsou-Ling râle que sa robe de bal soit un peu tachée, mais Ginette a une recette de grand-mère pour enlever les traces. On trinque fort. C’est un Noël de Rois Mages, tous respirent encore plus le vivant que ce Père Noël alcoolique qui fait la manche devant le BHV. C’est l’esprit de Noël universel, un melting pot au feu avec frites et mayonnaise. C’est l’esprit de Noël sans dinde, ni homard.

Chacun écoute l’histoire de chacun, y trouve un écho, un rire ou des pleurs d’enfance. Tout finit dans un gobelet en plastique, avec le joli parasol en papier planté dans les cheveux de Marinette, les musiques enrobées d’éclats d’un Jean sans dents ou les élucubrations d’un Mustafa sans travail. C’est un joyeux Noël qui reforme l’espoir de retrouver l’espoir. Puis c’est Djenina qui crie dans sa poussette qu’on la berce encore avec ces histoires de mondes… « Raconte… la suite bordel… la suite ! ».

Écrit par : Milady Renoir | 16/10/2005

Les commentaires sont fermés.