09/10/2005

Session I (18h30) – 30 min d’écritures et illustrations Table 2 – Tveroz ] LOCUTIONs

LOCUTION :

« Groupe de mots pris souvent dans une acception figurée que l'usage a réunis pour former une sorte d'unité dont le sens, se définit comme sa capacité d'intégrer une unité de niveau supérieur`` (E. BENVENISTE, Problèmes de ling. gén., Paris, Gallimard, 1966, p. 127). »

 

Et c’est bien parce qu’elles sont figurées que nous allons jouer avec !

 

Contraintes au pluriel :

 

1)    Vous écrivez un texte, vous dessinez une planche. Dans votre narration vous devez placer les 11 expressions ci-dessous ! L’ordre importe peu et vous pouvez en détourner le sens pour façonner encore d’autres images !

2)    Devinez ou créez l’origine de quelques unes des locutions, écrivez-les ou dessinez-les mais donnez nous une explication… Ou peut-être en connaissez-vous la genèse exacte ?

 

Listes des expressions

 

Fermer les portes du temple de Janus.

Chanter Magnificat à Matines

Pleurer comme une madeleine

Etre tout sucre, tout miel

Avoir le cœur au bord des lèvres

Avoir l’œuf colonial

La caque sent toujours le hareng

Fier comme un pou

Minute Papillon

Embrasser Fanny

Mort aux vaches !

 

Sources : dictionnaire des expressions et des locutions édition 1989

(Alain Rey et Sylvie Chantreau)






12:41 Écrit par Atelier Duos2Duels | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Quelle vie de pou ! C’était la cambrousse. Bataillant contre les épaisses lianes qui s’ingéniaient à lui barrer le passage, il avançait envers et contre tout. Ses multiples pattes avançaient dans un bel ensemble tandis que sa carapace luisait de l’éclat de sa bravoure. C’est que toute sa fierté de pou résidait dans la conquête de ce sol encore vierge ! Il rentra sa petite tête velue et soutint courageusement le poids insistant de cette pilosité agressive.
Au fur et à mesure qu’il s’enfonçait dans cet enchevêtrement, l’obscurité se fit plus présente tandis qu’une odeur âcre montait du sol, promesse de richesses souterraines qui feraient la joie de ses pairs. Sentant son courage faiblir, il entonna un chant martial qui encensait la bravoure de tous les poux qui, fauchés par la Grande Peigneuse, resteraient à tout jamais dans la mémoire de la Nation des Poux.
Bientôt, il arriva au fin fond de l’obscurité. Il régnait une chaleur étouffante et l’humidité lui collait les antennes. Cette fois, il était arrivé au bout du chemin. Il était temps pour lui de déposer les œufs qui, d’ici, continueraient la grande œuvre de colonisation qui était au cœur même de la vie d’un pou.

Écrit par : Stéphanie | 09/10/2005

mes definitions à moooooa fermer les portes du temple de Janus"

le temple de JANUS, c'est l'autre nom de la télévision
la décerveleuse du père ubu étant la nouvelle religion des temps modernes et occupant à ce titre, en grande partie le temps du cerveau humain : il arrive qu'au fin fond des pays dits tiers(où l'eau et l'electricité sont un luxe) qu'on voit un village s'agglutiner autour du temple de janus

parasités par les images, les hommes en deviennent littéralement esclaves
donc "fermer le temple de Janus", c'est laisse les hommes réfléchir, arrêter de les abrutir, de les conditionner.


"chanter le magnificat à Matines"

Matines est une femme cantatrice à l'égo surdimentionné
afin d'obtenir ses grâces, il est de bon aloi de lui chanter le magnificat

"pleurer comme une madelaine"


MADELAINE, première marchande d'oignons épluchés au Marché st pierre
à paris, avait la glande lacrymale hypertrophiée, d'où l'expression



"la caque sent toujours le hareng"
revient à dire que si l'on chasse le naturel, il revient au galop


"Fier comme un pou"

essayer de décrocher un pou, vous allez piger direct!

"Minute Papillon"
Papillon, prisonnier à Cayenne s'est évadé une minute trop tôt, on sait ce qui s'est passé ensuite


"avoir le coeur au bord des lèvres"
se dit des gens qui ont la larme facile et qui gerbent ensuite de honte

"avoir l'oeuf colonial"

du temps des colonies,


, les colons avaient la vie facile : ils occupaient leurs journées à faire trimer des autochtones mal nourris
Pendant que ces derniers bossaient comme des bêtes de somme, les braves colons développaient leur adiposité ventrale
cette ventripotence s'appelait : l'oeuf colonial


"embrasser fanny"

marius qui sillonnait les mers, rêvait de rentrer à Marseille pour bécoter sa meuf, d'où l'expression utilisée pour dire qu'on en a ras le bol d etre exilé

"mort aux vaches "

expression africaine
inventée par yolo mukeka qui fut contraint par les colons à ingurgiter régulièrement des portions de vache qui rit

yolo en perdit le sourire et inventa cette expression pour faire un pied de nez aux colons qui éhontément le privèrent de son foufou quotidien pour le convertir au fromage fondu immonde car ils avaient installé une usine sur place

Écrit par : SALOME | 11/10/2005

Les commentaires sont fermés.