06/09/2005

Test Duos 2 Duels - Thème New York - Exercice I: Le Chien

D'abord, une critique et analyse sélective et objective tirée du site francophone qui est dédié à Paul Auster: http://austerworld.free.fr/cadres2.htm  du livre « Tombouctou » de Paul Auster, livre autour duquel Milady a (bien) tourné pour édifier la contrainte de "Le Chien".

 

"La sauvagerie ne s'applique pas seulement chez Auster au milieu naturel. Elle est aussi de mise au sein même de ses personnages. Avec Tombouctou, pour la première fois dans l'oeuvre de l'écrivain, le héros est un animal, le chien bâtard du nom de Mr Bones. Mais à travers son chien personnage, c'est surtout le comportement humain qu'Auster s'attache à décrire, un comportement se rapprochant plus souvent de la sauvagerie que de l'humanité. Le sol a un rôle prépondérant dans Mr Vertigo et Tombouctou. Par nature, l'homme essaie toujours de s'extraire de son milieu naturel. Le quadrupède a une manière différente d'appréhender le monde, c'est d'abord en raison de sa position physique, position à laquelle il est souvent fait allusion dans le roman. Une force incontrôlable prend parfois possession des personnages Austériens, cette force, c'est l'instinct, ce qui est le plus éloigné de la culture. Chez les personnages d'Auster, il est fréquent que la nature reprenne ses droits, grattant le vernis social pour rendre apparente leur part d'animalité. Le Maître de Mr Bones, William Gurevitch, qui s'est lui-même rebaptisé Willy G. Christmas un soir de Noël, un soir où le poète rebelle avait dû abuser de l'alcool. Il avait en effet vu apparaître dans l'écran de son téléviseur... le Père Noël en personne ! Un gros homme en habits rouges, plus vrai que nature, qui le dénigrait allègrement. Paul Auster frôlerait-il à nouveau avec le merveilleux, comme il l'a fait dans Mr Vertigo? Ce qui se matérialise dans l'écran de téléviseur, c'est la - mauvaise - conscience de William Gurevitch. Tournant la tête vers son existence passée, le poète raté se rend compte qu'il n'a pas réussi grand chose. Schizophrène, incapable de garder un emploi, il a le moral au plus bas. C'est peut-être aussi pour cette raison qu'il se trouve un jour un compagnon à quatre pattes et qu'il en fait son confident. Il considère également Mr Bones comme son égal, croit que le chien comprend parfaitement le langage humain. Mais les chemins des deux compères se séparent lorsque Willy, mourant, ne peut plus s'occuper de Mr Bones. Ce dernier s'enfuit, pour ne pas se retrouver à la fourrière. Commence alors son périple à travers Baltimore et l'état de Virginie, une aventure qui l'amènera à faire certaines rencontres heureuses, et d'autres moins. Dans Tombouctou, Auster nous invite à voir la vie au ras des pâquerettes, à travers les yeux d'un chien qui se sent étranger dans le monde des hommes. Et la lecture achevée, on se surprend à se demander si Willy G. Christmas n'avait pas raison, si les chiens n'auraient pas, finalement, le pouvoir de comprendre les hommes plus que ces derniers ne le pensent."

 

Contrainte en 35 min:

 

Vous (le narrateur) êtes un chien « intelligent » et observateur, du haut de vos quatre pattes canines, vous observez ces coins de rue, ces gratte-ciel éblouissants, ces cartons remplis de clochards et ces haut talons de la 5ème avenue. Votre regard est animal, étranger au monde des humains, que vous comprenez plutôt bien pour avoir traversé plus de rues et de trottoirs que la majorité des New-yorkais… Le sol, les égouts, les odeurs, les pieds et leurs coups, les humains, vous les connaissez, vous vous moquez d’eux et à la fois, vous les admirez… allez-y, ouvrez votre gueule !

 

Illustration réalisée pendant l'écriture par Stork.

Ici, les textes issus de cette contrainte vont être ajoutés en forme de commentaires.

 

14:02 Écrit par Atelier Duos2Duels | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.